παράδεισος

Sartre avait raison.
Car le paradis, je le porte en moi

Je l’ai toujours senti, mais j’avais trop peur, pas assez confiance en moi. J’aime la solitude, je me suffit. Je n’ai pas besoin d’être flattée, choyée, aimée et entourée. Je dois m’aimer moi-même, personne ne doit le faire à ma place. Ça me désespère que j’ai mis autant d’années à m’en rendre compte pleinement. Pourtant, des femmes comme moi j’en ai rencontrées, très jeune déjà. Des femmes qui avaient de magnifiques amants, juste des amants. Moi j’avais 14 ans et j’étais fascinée par leur audace. Car dans mon monde, hommes et femmes vivaient ensemble, avaient besoin l’un de l’autre. Mais c’est un mensonge. Je suis heureuse dans la solitude. Entourée de mes pensées, mes peurs et espoirs.

Car rien ne pourra jamais combler ce vide abyssal que je porte en moi. Rien et surtout, personne.

Je refuse d’être la raison du bonheur de quiconque. Je suis mon propre bonheur, mon propre malheur. Je suis née seule et je mourrai seule. Comme nous tous

Si vous êtes seul quand vous êtes seul, vous êtes en mauvaise compagnie

Jean-Paul Sartre

Leave a Reply

Your email address will not be published.